Enragé

Unhinged Thriller américain (2020) de Derrick Borte, avec Russell Crowe, Caren Pistorius, Gabriel Bateman et Jimmi Simpson – 1h30

A Los Angeles, alors qu’elle emmène son fils à l’école, une jeune divorcée est prise en chasse par un conducteur instable n’ayant pas supporté qu’elle le klaxonne au feu rouge…

Sixième long-métrage de Derrick Borte, écrit par Carl Ellsworth, spécialiste des séries B (Red Eye, 2005 ; Paranoïak, 2007) et des remakes (La Dernière Maison sur la gauche, 2009 ; L’Aube rouge, 2012), Enragé fut d’abord proposé à Nicolas Cage avant que Russell Crowe ne se laisse tenter. Avec le premier, le film se serait certainement perdu dans les limbes du DTV alors que grâce au second, qui vient de remporter un Golden Globe avec la mini-série The Loudest Voice, Enragé est devenu le premier film à connaître une large sortie en salles aux States après le confinement, y rapportant près de 10 millions de dollars pour un budget de 30. Le distributeur Solstice Studios a voulu mettre en avant ce retour en salles avec une affiche proclamant « I saw Unhinged in a f**king theater ! » Ce qui nous laisse songer que, si le personnage de Russell s’énerve sur la route, ce serait bien d’en avoir un pareil dans les salles, prêt à mettre à l’amende les spectateurs indisciplinés laissant leur portable allumé, parlant pendant la projection ou bouffant leur pop-corn bruyamment…

En attendant d’avoir un vigilante des salles obscures, nous avons donc ce tueur de la route, campé par un Russell en surcharge pondérale qui n’est jamais aussi bon que quand il est bien vénère, dans un thriller motorisé qui fait moins penser à Hitcher, Duel ou Déviation mortelle qu’à Chute libre, le meilleur film de feu Joel Schumacher. Car ce qu’Enragé raconte surtout, avec une subtilité qu’il a laissé au garage (et tant mieux car on n’en attendait pas sur ce genre de série B), c’est l’incivilité généralisée d’automobilistes conduits par leurs pulsions, pensant sans doute que la carrosserie de leurs bagnoles les protègent des conséquences de leurs actes. C’est ce que va rappeler Russell, qui a pété un câble dès la scène d’ouverture (apparemment, l’ambiguïté a été laissée au garage à côté de la subtilité), à sa victime Rachel, jouée par Caren Pistorius assumant les défauts de son personnage. Ce qui frappe, c’est à quel point la situation aurait pu facilement être évitée (un petit « excusez-moi » et on n’avait pas de film) et comment les torts sont partagés avec la victime, Rachel provoquant dans sa course à la survie autant de dommages collatéraux que son poursuivant.

Quand ce chauffeur fou (Russell Crowe) commande son McMorning au drive, vous n’avez pas intérêt à avoir des produits en rupture de stock…

Sa thématique bien en évidence sur le pare-choc à côté de l’autocollant Shit happens, Enragé n’a plus qu’à dérouler sa mécanique de solide série B. Semblant avoir pris des leçons du côté de Larry Cohen, Carl Ellsworth livre un script bien dégraissé comme il faut, proche de l’efficacité d’un Crawl pour lui trouver une comparaison récente. A l’écran, on plie de la tôle et on enchaîne les morts brutales qu’on est venu chercher, et Derrick Borte soigne ses séquences de bagnoles, notamment avec un travail sonore particulièrement abouti. Enragé ne réinvente pas les quatre roues motrices mais offre un ride d’1h30 bien cathartique, nous déchargeant dans la salle des pulsions qu’on aura plus à accumuler dans les embouteillages. Un contrat simple, essentiel du thriller que le réalisateur remplit amplement. Et qui me fait repenser à cette spectatrice qui, ayant quitté la salle avant la fin du film dont elle ne supportait pas la violence, m’a dit : « Il faut être détraqué pour aller voir ce genre de film au cinéma ! » Comme à mon habitude de petit garçon bien élevé et détraqué, j’ai souri et lui ai répondu « merci, madame », car un peu de politesse rend le monde meilleur…

BASTIEN MARIE


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s