The Devil and Father Amorth

mv5bmjixmtuynjq2nv5bml5banbnxkftztgwmdi0otg5ndm-_v1_sy1000_cr006741000_al_Documentaire américain (2018) de William Friedkin – 1h08

Quarante-cinq ans après avoir tourné L’Exorciste, William Friedkin veut voir un vrai exorcisme. Il contacte alors le père Gabriele Amorth qui l’autorise à assister à son neuvième exorcisme sur une femme italienne…

La genèse de The Devil and Father Amorth étant déjà résumé dans les lignes ci-dessus, on va se contenter de signaler qu’après avoir foutu la frousse au monde entier avec L’Exorciste, William Friedkin s’est mis à croire à sa fiction. William Peter Blatty, scénariste et producteur du film (et auquel ce documentaire est dédié), y est sans doute pour quelque chose : s’il a déjà réussi à faire admettre à Friedkin que la version intégrale de L’Exorciste est meilleure que le montage original de 1973 (alors que, grands dieux, c’est complètement faux), alors faire croire à l’authenticité des exorcismes est un jeu d’enfant. Coup de bol pour le réalisateur, le père Gabriele Amorth, champion toute catégorie de l’exorcisme du Vatican, est fan de son film et le laisse traîner avec lui sur ses heures de boulot. Absolument certain de flairer un bon coup, Friedkin en tire donc un documentaire si roublard que Netflix était tout désigné pour y lancer la conversion des spectateurs…

Autant vous le dire d’emblée, en terme de qualité documentaire, The Devil and Father Amorth est du niveau de ce qu’on trouve sur RMC Découverte, tentant de convaincre le public avec les mêmes gros sabots qu’un reportage sur les Mayas visités par les extraterrestres. Après quelques minutes d’auto-promo (qui sont encore les meilleures du film), Friedkin tease atrocement son « exorcisme pour de vrai », à grands coups de porte s’entrouvrant au ralenti sur des violons stridents, sans oublier d’avertir son candide spectateur qu’il ne faut surtout pas s’intéresser au diable, c’est le meilleur moyen de se retrouver possédé par lui. Avec sa petite caméra numérique, dont la laideur de l’image devrait garantir l’authenticité, Friedkin filme l’exorcisme en faisant bien attention de ne pas couper, sinon c’est tricher. A peine ses images mises en boîte, il part les montrer à des psychologues et neurochirurgiens des quatre coins du monde, attendris par la conviction enfantine de Friedkin. Du coup, ils lui disent qu’il peut croire à la possession démoniaque si ça lui chante, comme on laisse un enfant croire au Père Noël.

mv5bmge2ntm1mdmtyjm5ms00nzi4lwjkzmqtm2e4ngm0zjgxntkzxkeyxkfqcgdeqxvymdc2ntezmw-_v1_sy1000_cr0013331000_al_
Petite photo souvenir pré-exorcisme pour le père Amorth et le diable. Euh, Friedkin je veux dire…

La roublardise de Friedkin ne fait plus aucun doute quand il raconte qu’il a été menacé de mort par la possédée et son boyfriend dans une église mais que, manque de bol, il n’avait pas sa caméra ce jour-là ! Entre temps, le cinéaste a zappé bien des réflexions plus intéressantes mais s’accordant mal à son sensationnalisme. Par exemple, comment le réalisateur a-t-il fini par croire aux exorcismes après avoir signé L’Exorciste en tout scepticisme ? Et pourquoi le père Amorth se retrouve-t-il finalement à faire de la figuration, Friedkin préférant des psychologues circonspects à un homme ayant passé sa vie à se battre avec le diable ? Bref, quarante-cinq ans plus tard, on préfère encore de loin la fiction bien plus flippante de L’Exorciste que ce Devil and Father Amorth dont il ne serait même pas un bonus DVD convenable…

BASTIEN MARIE

Autres films (bien meilleurs) de William Friedkin sur le Super Marie Blog : Le Convoi de la peur (1977) ; Police Fédérale Los Angeles (1985) ; Bug (2007)


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s