Monster Hunter

Film fantastique allemand, chinois, canadien, japonais, sud-africain, américain (2020) de Paul W.S. Anderson, avec Milla Jovovich, Tony Jaa et Ron Perlman – 1h43

La lieutenant Artemis et ses hommes sont inexplicablement plongés dans un monde parallèle où règnent des monstres colossaux. Après avoir perdu toute son escouade, Artemis s’allie avec un chasseur esseulé pour combattre les monstres et trouver un moyen de rentrer chez elle…

Dès 2012, Capcom prévoyait d’adapter au cinéma sa lucrative série de jeux vidéo Monster Hunter. Comme on ne change pas une équipe qui ne gagne pas, le studio s’est de nouveau associé à Paul W.S. Anderson et sa femme Milla Jovovich après leurs six Resident Evil qui tâchent et a été glané aux quatre coins du monde un budget de 60 millions de dollars. Après des premières images de Milla Jovovich tenant une grosse épée nous laissant redouter le spectacle à venir, Monster Hunter s’est bouffé le Covid comme tout le monde mais s’est surtout mis le précieux marché chinois à dos à cause d’une malencontreuse vanne jugée raciste et coupée, mais trop tard, du long-métrage qui s’est donc contenté chez nous d’une sortie vidéo chez Sony.

N’ayant moi-même jamais joué au jeu vidéo, je me garderai bien de comparer le film à son modèle, même si je me doute bien qu’il n’y a pas grand rapport : si j’ai bien compris, dans Monster Hunter, on chasse des monstres alors que le film est lui un survival fantastique dont l’héroïne Artemis (rien à voir avec Ready Player One, c’est le nom de la déesse de la chasse, c’est pour ça), tombée par inadvertance dans un monde parallèle alors qu’elle cherchait une escouade disparue (un peu comme dans Resident Evil), cherche à rentrer dans son bon vieux Kansas. Pitch routinier pour un film un peu étonnant, non pas pour sa médiocrité (ça, on s’y attendait) mais pour son minimalisme, visuel et narratif : une bonne moitié du métrage se déroule dans un désert avec deux personnages ! Bien loin des habitudes bordéliques de cet Anderson-là, c’est le calme plat ici, à peine troublé par quelques influences bateau (la tempête de sable de Mad Max Fury Road, les bidasses en difficulté face aux monstres comme dans Aliens ou Starship Troopers, le face à face de deux protagonistes ne parlant pas la même langue comme dans Duel dans le Pacifique), avec Milla Jovovich et Tony Jaa obligés de se foutre gratuitement sur la gueule ou de bouffer du chocolat pour faire tourner la montre.

Artemis (Milla Jovovich) et le chasseur (Tony Jaa) courent à l’assaut d’un monstre, si quelqu’un pense à le rajouter à la post-prod.

Et nous, pauvres spectateurs, sommes pareillement démunis face à la pauvreté du spectacle : les fans du jeu n’y trouveront probablement pas leur compte tandis que le spectateur profane piquera du nez face au film à peine assez consistant pour atteindre son 1h40 ! Est-ce parce qu’il est sur une production peut-être un peu plus cossue qu’à l’accoutumée que Paul W.S. Anderson se retrouve ainsi à devoir ronger son frein, accouchant d’un navet même pas drôle, à part peut-être la perruque de Ron Perlman lui donnant un air de Patrick Juvet de l’apocalypse ? En tous cas, le pilotage automatique est criant, jusqu’aux régulières scènes d’action reproduisant tout aussi automatiquement les mêmes effets de montage, de zoom et de ralentis, et, suprême contradiction, Monster Hunter dispose d’un bestiaire très réduit : trois monstres, c’est tout ! Au moins, les effets spéciaux ne sont pas dégueu… La torpeur guette, du moins jusqu’à ce que le film prenne enfin un peu d’ampleur… pour s’arrêter aussi net parce qu’il faut bien nous teaser une suite, sinon à quoi bon faire un film. Et évidemment, le temps que cette hypothétique séquelle n’arrive, on aura déjà oublié celui-là, si ce n’est déjà fait.

BASTIEN MARIE


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s