Bloodshot

Film de science-fiction américain (2020) de Dave Wilson, avec Vin Diesel, Eiza Gonzalez, Guy Pearce, Sam Heughan, Toby Kebbell, Talulah Riley et Lamorne Morris – 1h49

Ray Garrison, soldat mort en perm avec son épouse, se réveille dans les locaux d’une agence high-tech qui a substitué son sang par une nanotechnologie lui conférant régénérescence et force herculéenne, idéales pour assouvir son désir de vengeance…

Attention, cet article contient des spoilers ! Merci de votre compréhension.

Probablement déçu de n’être, dans le florissant MCU, que la voix de Groot (alors que, rappelons-le, son meilleur rôle dans Le Géant de fer est aussi uniquement vocal), Vin Diesel s’est cherché un super-héros au rabais à pouvoir interpréter. Il l’a trouvé avec Bloodshot, un comic-book édité par Valiant Comics, dont Vin produit la transposition cinématographique sous bannière Sony en association avec son copain Neal H. Moritz, le nabab de la franchise Fast & Furious. Devant sortir au cinéma durant le printemps 2020, Bloodshot voit ses rêves de box-office compromis par les débuts de la pandémie mondiale de Covid, le reléguant à la plateforme Prime Video parmi une myriade de DTV fadasses, soit la place qu’il mérite finalement. Depuis élu haut la main pire film de l’année par la rédaction de Mad Movies, ce qui a piqué notre curiosité masochiste, on avait envie de jeter un œil à Bloodshot et ainsi prendre des nouvelles de Vin, l’Adam Sandler sous stéroïdes.

Sans surprise, Bloodshot est un film navrant qu’on est bien content de n’avoir vu que sur petit écran, ça pique moins les yeux. Le scénario faiblard, écrit notamment par Jeff Wadlow (auteur d’Action ou vérité, ça partait déjà mal), tente vaguement de nous surprendre alors qu’on grille tout à l’avance (dès qu’il nous montre son bras artificiel, on sait déjà que Guy Pearce sera le méchant, parce qu’il ne joue plus que ça de toute façon) puisqu’il recycle des poncifs de SF d’au moins vingt ans. Pendant ce temps-là, la réalisation veut bander les muscles avec la baston dans le tunnel baigné de couleur rouge (encore que là, on peut éventuellement reconnaître que Dave Wilson, dont c’est le premier long, sort brièvement de l’anonymat qui engonce tout le reste du métrage) et surtout un déferlement de CGI indignes de la PS5 nous donnant l’impression que le film essaie de nous lobotomiser de la même façon que le héros. Dans l’ennui profond, l’esprit divague et s’étonne à penser à Christopher Nolan : bah oui, Guy Pearce jouait aussi un mec dont on déconnait avec la mémoire dans Memento et Talulah Riley, ayant ici la lourde tâche de faire croire qu’elle est follement amoureuse de Vin Diesel, était très brièvement apparue dans Inception en couverture de Tom Hardy.

Jimmy Dalton (Sam Heughan) hallucine devant Bloodshot (Vin Diesel) : « Putain, la doublure numérique de Vin joue mieux que le vrai ! »

Bref, comme dirait Dewey, je ne m’attendais à rien et je suis quand même déçu. Mais le plus décevant reste tout de même l’incorrigible Vin : le mec ne cherche même plus à faire semblant. Une fois son nom écrit en gros sur l’affiche, seule ambition artistique du bonhomme, il se contente d’un rôle de héros débile, c’est à peine s’il a des répliques. Quant aux scènes d’action, l’acteur ne cache plus rien de sa paresse : il concède quelques inserts sur son visage de pas content ; pour le reste, le réal devra se démerder avec des ellipses (quand il infiltre la baraque surprotégée d’une de ses cibles) et sa doublure numérique. On n’avait pas vu une telle flemme chez une action star depuis Steven Seagal ! Face à lui, les autres acteurs font le minimum syndical pour donner le change dans des rôles caricaturaux : Eiza Gonzalez (Baby Driver) en action babe qui gagne au moins le fait de ne pas avoir à se rabaisser à un vulgaire love interest du héros, ou Lamorne Morris (Game Night) en partenaire hacker qui fait office à la fois de comic relief et caution geek. Vous l’aurez compris, Bloodshot est l’équivalent cinématographique de la bouffe au micro-onde : Prime Video a vraiment fait une bonne affaire !

BASTIEN MARIE


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s