VFW

Film de siège américain (2019) de Joe Begos, avec Stephen Lang, William Sadler, Fred Williamson, Martin Kove, David Patrick Kelly, Tom Williamson, Sierra McCormick, Travis Hammer, Dora Madison et George Wendt – 1h32

Une bande de vétérans voit surgir dans son bar VFW (pour Veterans of Foreign Wars) une adolescente ayant dérobé un bon paquet de drogue et décide de la défendre du dealer et de sa horde de junkies qui assiègent l’établissement…

Ayant connu un certain succès de festivals avec son dernier film Bliss (2019), Joe Begos enchaîne avec une commande de Fangoria, fameux magazine de cinéma d’horreur ayant fondé sa propre société de production dans les années 90. Son patron Dallas Sonnier envoyait régulièrement des scripts au réalisateur, mais celui de VFW, sorte de remake d’Assaut avec des vétérans du Vietnam, s’est immédiatement imposé à lui pour en faire son quatrième long-métrage. Après avoir rassemblé un beau casting de trognes pour camper ses ex-militaires – Stephen Lang (Avatar, Don’t Breathe), William Sadler (58 minutes pour vivre), Fred Williamson (Une nuit en enfer), Martin Kove (Karaté Kid, Rambo 2), David Patrick Kelly (The Warriors, The Crow) -, Begos a enchaîné quelques jours de répétition puis un tournage éclair et a eu le final cut pour un résultat qui, forcément, finit en DVD en pack avec Mad Movies, autre fameux magazine de cinéma d’horreur.

Dès ses premières minutes, après avoir présenté sa société légèrement dystopique constituée globalement de junkies, VFW se blottit dans l’étoffe des films de John Carpenter : générique intermittent sur une lancinante nappe électro et plans en scope sur un paysage urbain délétère. Un monde déliquescent qui ne manque plus que des vieux de la vieille pour dire que c’était mieux avant. Ca tombe bien, voilà que nos trognes de héros (Kurt Russell devait être trop cher) s’installent dans leur bar de vétérans qui, après la série de shots ravivant les souvenirs du front qu’on raconte à un jeune soldat qui vient de rentrer à la maison (joué par Tom Williamson, qui n’est pas du tout le fils de Fred), sera le lieu du siège tant attendu. Sauf que celui proposé par VFW semble aussi usé que ses vétérans. Déjà, la photographie n’est pas terrible, à cause d’une coupure de courant dans le bar. « Rien à voir avec ces films éclairés plein pot, sans aucune ambition esthétique. A l’opposé, je tiens à ce que mes réalisations aient de la gueule, à ce que les ombres fassent partie intégrante de l’image » : certes, Joe, c’est une noble intention et c’est bien pratique pour économiser sur les éclairages, mais attention quand même parce que là, on n’y voit goute ! Quant au rythme, il laisse se succéder paresseusement barouds d’honneur et moments d’accalmie, avec des assiégés se beuglant les répliques d’usage (« Do you have a better idea ?! »).

Fred Parras (Stephen Lang) remercie la jeune Lizard (Sierra McCormick) de lui avoir donné l’occasion de sortir le canon scié qui dormait sous son bar.

Du coup, la sympathie pour VFW dépendra de celle qu’on aura pour son casting de gueules cassées, sorte d’Expendables grindhouse. Stephen Lang a du charisme à revendre à prix discount et, malgré les coups de pelle, William Sadler et le doyen Fred Williamson (82 piges quand même !) tiennent encore la baraque. Bon, en vrai, c’est surtout le jeune Williamson qui fait le plus gros du boulot et nos vieux vétérans, encaissant encore bien les coups, n’ont pas le temps qu’ils voudraient pour s’épancher sur leurs exploits d’antan et leurs discours réactionnaires. Reste un siège assez gore, avec ses hordes de junkies alimentant le stock de membres sectionnés, de vicaires explosés et de crânes fracassés, même si encore une fois l’obscure photo ne permet pas de profiter complètement de cet étalage de violence. Malgré le titillement que sa jaquette voudrait éveiller en nous, VFW traîne plutôt la jambe, radotant sur le charme des VHS d’antan comme ses vétérans sur leurs anciens faits d’arme.

BASTIEN MARIE


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s