Balle perdue

Film d’action français (2020) de Guillaume Pierret, avec Alban Lenoir, Nicolas Duvauchelle, Ramzy Bedia, Stéfi Celma, Rod Paradot, Sébastien Lalanne et Pascale Arbillot – 1h32

Après un braquage raté, Lino est sorti de prison par Charas, chef d’une brigade anti-go-fast, qui l’engage pour améliorer ses voitures de police. Mais après une opération qui tourne mal, Lino est accusé d’un meurtre dont il va devoir s’innocenter…

Après une dizaine d’années de courts-métrages d’action, Guillaume Pierret passe à son premier long avec Balle perdue, essayant d’amener de l’action dans le cinéma hexagonal qui en manque cruellement, surtout depuis la faillite d’Europacorp. Son désir a fusionné avec celui d’Alban Lenoir, qui a fait quelques piges de cascadeur à ses débuts et qui coécrit le scénario en plus d’endosser le rôle principal. Rassemblant un beau casting autour de cette envie de défourailler, dont un Ramzy Bedia qui attendait ce genre d’opportunité depuis des années, Pierret a posé sa caméra et ramené sa bande de cascadeurs à Sète, et le prometteur Balle perdue s’est retrouvé… sur Netflix. Si le réalisateur n’aurait certainement pas craché sur le grand écran, l’exploitation du film en SVOD lui a ironiquement été profitable : mis en ligne peu de temps avant la réouverture des salles, quand les spectateurs étaient encore condamnés à des séances domestiques, Balle perdue a peut-être eu une exposition plus large que celle qu’il aurait pu espérer dans le circuit impitoyable des multiplexes.

En tous cas, le film de Guillaume Pierret remet bien deux balles dans le jukebox du débat « Peut-on faire du cinéma de genre en France ? », qu’on avait eu ici il y a déjà deux ans et demi avec Burn Out de Yann Gozlan. Voir Balle perdue se contenter de Netflix laisse penser que le terrain de l’action française recule encore un peu plus, mais surtout le côté « carte de visite » du film, cherchant avant tout à exposer le savoir-faire de ses équipes, donne l’impression de remettre les compteurs à zéro une nouvelle fois, de déployer ses morceaux de bravoure comme s’ils étaient sans précédent en France avant d’être lui-même oublié par le prochain film hexagonal à vouloir bander les muscles. A moins que cette fois, ça y est, Balle perdue soit vraiment le début d’un renouveau, et c’est franchement tout le bien qu’on lui souhaite… En attendant, on se contentera d’un actioner pragmatique, se fondant sur un scénario basique pour mieux mettre en évidence ses ambitions techniques.

Lino (Alban Lenoir) est bien parti pour défoncer le cinéma français à la voiture-bélier !

Le ton semble amer alors que Balle perdue est tout de même rafraîchissant et surtout bien burné, et ce dès la séquence d’ouverture nous montrant un casse qui casse tout ! Le film fait la part belle aux cascades, entre courses poursuites parfaitement shootées ne demandant que le grand écran pour s’épanouir et bastons bien vénères, notamment dans un commissariat où chaque coup fait bien mal. Malgré l’intrigue minimaliste (mais est-ce bien si important sur un film n’ayant aucune intention d’excéder 1h30), Guillaume Pierret sait ce qu’il veut et comment l’obtenir, et son film sent bon le travail d’artisan bien fait, à l’image de Lino musclant ses bagnoles (on aimerait même le voir un peu plus à l’oeuvre dans son garage tant l’image suinte l’huile de moteur !). Et Pierret peut aussi compter sur son casting, indéniablement impliqué corps et âme sur le projet : Nicolas Duvauchelle rempile volontiers sur un rôle de flic qu’on lui connaît mais dont on ne se lasse pas, Ramzy Bedia joue au mentor avec un enthousiasme évident, et Alban Lenoir porte aisément le film sur ses épaules solides, pouvant enfin se donner à fond sur un rôle physique (on devrait lui filer le Bébel d’or si ça existait). Bref, en faisant fi de remarques du genre « Bonjour le scénar ! », on peut dire que Balle perdue est de la très bonne came comme on aimerait, une fois n’est pas coutume, en voir plus en France.

BASTIEN MARIE


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s