Tout simplement noir

AFFICHEMockumentaire français (2020) de Jean-Pascal Zadi et John Wax, avec Jean-Pascal Zadi, Fary, Caroline Anglade, Eric Judor, Soprano, Claudia Tagbo, JoeyStarr, Vikash Dhorasoo, Fabrice Eboué, Lucien Jean-Baptiste, Ramzy Bedia, Mathieu Kassovitz, Fadily Camara, Kareen Guiock, Augustin Trapenard – 1h30

Remarqué pour ses caméras cachées polémiques dénonçant le passé esclavagiste de la France, JP décide d’organiser une grande marche noire et tente tant bien que mal de rallier des personnalités noires à sa cause. Si l’humoriste Fary, dans la tourmente après une publicité d’un goût douteux, décide de soutenir JP, les choses sont loin d’être gagnées pour autant…

En ce début juillet 2020, aucun commentateur ne s’est privé de noter que Tout simplement noir sort à point nommé, tandis que le mouvement Black Lives Matter connaît un retentissement international, notamment en France où les violences policières suscitent l’indignation depuis des décennies. Si la comédie de Jean-Pascal Zadi et John Wax, s’attaquant aux différents clichés entourant les noirs dans notre pays, semble faire l’unanimité sur un sujet pourtant propice à la polémique, c’est que certains commentateurs préfèrent la réduire à une critique du communautarisme qui fait couler tant d’encre, omettant de rappeler que le racisme systémique en France y est aussi largement dénoncé. En tout cas, on ne peut que se réjouir de voir ainsi promis à un joli score au box office estival un film avec un casting majoritairement noir.

gif selfies
JP connecté ! Bon, Coluche a sûrement eu moins de mal à recruter ses Enfoirés…

Alors que les guests s’enchaînent au fil des séquences, on ne sera pas surpris d’y retrouver le plus black des acteurs autrichiens, Eric Judor, Tout simplement noir rappelant évidemment son excellente série Platane et ses références originelles, les œuvres de Ricky Gervais : The Office (pour le faux-documentaire), Extras (pour les guests) ou Life’s too short (pour les deux à la fois). Dans le genre, on pourrait également citer le truc de Guillaume Canet mais bon… Acteurs, musiciens, humoristes et journalistes jouent ici leurs propres rôles en toute autodérision dans des rencontres tour à tour hilarantes ou plus grinçantes, voir carrément gênantes, et Tout simplement noir prend souvent les allures d’un bon vieux film de potes (et, là encore, c’est mieux que chez Canet…). Au programme : une discussion capillaire avec JoeyStarr et Dhorasoo, un débat humour et esclavage entre Fabrice Eboué et Lucien Jean-Baptiste, un casting flippant avec Mathieu Kassovitz ou encore un feat de haute volée avec Soprano. De toutes les séquences, Zadi (et son inénarrable dentition), qui nous avait déjà marqué par sa mémorable apparition en Pink Kalash dans le moins mémorable Co-exister, fait mouche avec ce personnage de looser magnifique, trop maladroit pour ses ambitions, ou inversement, tandis que son scénario s’avère aussi riches en thématiques abordées qu’en punchlines.

Alors oui, Tout simplement noir traite sûrement son sujet avec intelligence mais nous laisserons ici les considérations idéologiques aux autres, préférant aussi y voir un film très con et c’est tant mieux, car ça en fait assurément une des bonnes poilades de cet été ciné un peu particulier…

CLÉMENT MARIE


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s