Le Gaucher

mv5bndzkzjvlmtctywe0ys00yweylwi3yzutnthjmzdknjlmodczxkeyxkfqcgdeqxvyndm1mzyzmzc40._v1_The Left Handed Gun Western américain (1958) d’Arthur Penn, avec Paul Newman, John Dehner, Lita Milan, Hurt Hatfield, James Congdon, James Best, Colin Keith-Johnston et John Dierkes – 1h42

Le jeune orphelin William Bonney trouve du travail auprès de Tunstall, un éleveur britannique. Après le meurtre de ce dernier par des concurrents menés par le shérif de la petite ville de Lincoln, Nouveau-Mexique, William se venge et, en cavale, devient Billy the Kid…

Le Gaucher est un film consacré à Billy the Kid et il y a déjà une précision à faire : Billy the Kid n’était absolument pas gaucher, on l’a juste longtemps cru à cause d’une photographie inversée du hors-la-loi. À vous de voir si vous préférez imprimer la légende… Quoiqu’il en soit, Le Gaucher est le premier film d’Arthur Penn, venu du théâtre et de la télévision new-yorkais où il a déjà croisé la route de Paul Newman. Ce dernier, déjà connu à Broadway, n’est pas encore tout à fait une star hollywoodienne et il accepte ici un rôle qui était initialement prévu pour James Dean, comme c’était déjà le cas sur Marqué par la haineLe Gaucher est adapté d’une pièce de Gore Vidal (mécontent du résultat, l’auteur en fera un remake télévisé trente ans plus tard), tourné pendant une vingtaine de jours dans de vieux décors de la Warner et, une fois le tournage terminé, Arthur Penn ne put participer au montage et dut attendre la première de son film pour voir ce qu’il donnait !

Le Gaucher fut longtemps salué comme un western favorisant une approche psychologique de son anti-héros, Arthur Penn considérant Billy the Kid comme un Œdipe du Far West. Si cette psychologie de saloon est à relativiser, ne pesant finalement pas bien lourd dans le résultat final (elle a peut-être pas survécu au montage dont Penn fut exclu), il faut tout de même reconnaître que Le Gaucher approche sa légende de l’Ouest avec un regard très humain, pragmatique et réaliste, première étape d’une démystification du western à laquelle Penn se donnera à cœur joie avec Little Big Man douze ans plus tard. Ici, Billy the Kid n’est qu’un gosse voulant avant tout venger la mort de son père adoptif, réagissant impétueusement à une loi encore arbitraire et corrompue du Nouveau-Mexique. Penn pose déjà les jalons de ses héros à venir, tous cherchant leur place dans la société, et l’aspect le plus fascinant du Gaucher est de voir la légende de Billy the Kid se fabriquer parallèlement aux mésaventures de William Bonney (ce qu’on n’appelait pas encore alors une origin story). Une des meilleures scènes nous montre Moultrie (Hurt Hatfield), un écrivain ayant contribué à façonner la légende de Billy dont il est fan, être profondément déçu de découvrir que son idole ne correspond finalement pas à l’image qu’il s’en est faite et qu’il a fait circuler.

left-handed-gun-1
Billy the Kid (Paul Newman), tenant son arme de la main gauche, un peu perplexe d’apprendre qu’il est en fait droitier…

Un traitement intéressant dans un western introspectif qui a un peu vieilli. Pour exprimer l’immaturité de son personnage, Paul Newman a encore des tics du trop bon élève de l’Actors’ Studio. La mise en scène d’Arthur Penn est encore très classique, voire télévisuelle, même si elle est égayée çà et là d’images frappantes : Billy qui ourdit sa vengeance sur la fenêtre embuée d’un hôtel à travers laquelle on voit le futur plan se mettre déjà en place, une gamine qui rit face à l’étrange position d’un mort qui a perdu sa botte, les comparses de Billy encerclés par les adjoints du shérif dans une cabane tapissée d’avis de recherche. Et puis il reste la relation toujours passionnante entre Billy the Kid et son ami et mentor qui finira par l’abattre Pat Garrett, qui donnera lieu à un film mémorable de Sam Peckinpah, et qui ici voit le héros condamné par sa recherche obstinée d’une figure paternelle. Pour son premier essai, Arthur Penn déploie donc modestement un vrai sens de la tragédie et Le Gaucher laisse déjà entrevoir les grands films que le réalisateur signera par la suite.

BASTIEN MARIE


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s