Retour à Zombieland

mv5bntnkowq0nditogflys00ytcwlwi1zgityti3ogiznzdjmjfjxkeyxkfqcgdeqxvyodiyoteymzy40._v1_sy1000_cr007371000_al_Zombieland : Double Tap Comédie horrifique américaine, canadienne (2019) de Ruben Fleischer, avec Woody Harrelson, Jesse Einsenberg, Emma Stone, Abigail Breslin, Zoey Deutch, Avan Jogia, Rosario Dawson et Luke Wilson – 1h39

Alors qu’ils crèchent à la Maison Blanche, Columbus, Tallahassee et Wichita découvrent que Little Rock a fugué, les obligeant à se risquer une nouvelle fois en territoire zombie…

Il y a tout juste dix ans, Ruben Fleischer tournait son premier long-métrage avec Bienvenue à Zombieland en confessant ne pas être un grand fan de films de zombies, ce qui lui permettait ironiquement d’apporter de la fraîcheur au genre, par exemple en faisant un road-movie alors que la routine préférait l’état de siège. Une suite est immédiatement envisagée puis vite mise de côté à cause de plannings inconciliables. Dix ans plus tard donc, alors que le souvenir du premier film s’est tranquillement estompé, Fleischer réunit ses scénaristes et ses acteurs – dont Jesse Eisenberg et Emma Stone sont depuis des Academy Awards Nominee & Winner – pour tourner ce Retour à Zombieland. Que le projet soit moins motivé par des calculs de studio que par l’envie de son équipe de se réunir donnait envie d’y jeter un œil…

Malheureusement, Retour à Zombieland n’a pas grand chose à ajouter à son prédécesseur, peut-être s’oubliera-t-il plus vite. Il faut dire qu’en dix ans, il y a eu autant de saisons interminables de The Walking Dead qui ont tari le genre zombiesque. La preuve, c’est que les zombies font ici à peine plus que de la figuration, laissant le quatuor de personnages humains, sans aucun danger à l’horizon, se dépatouiller avec leurs blagues, leurs règles et leurs dynamiques attendues (la relation père/fille entre Tallahassee et Little Rock, la romance contrariée de Columbus et Wichita). Woody Harrelson sait composer avec la minceur du script, Eisenberg et Stone beaucoup moins, et les guest stars n’apportent pas grand chose. Pas hilarant, Retour à Zombieland n’est pas gore non plus, rappelant la violence inoffensive de Deadpool (tiens, tiens, c’est les mêmes scénaristes !).

mv5bndy5ytg1zdktodmwmy00mjy3ltg5mdctnjq4zte5ytaxm2qzxkeyxkfqcgdeqxvyodewmtc2odq40._v1_sy1000_cr0015001000_al_
Columbus (Jesse Eisenberg), Tallahassee (Woody Harrelson), Little Rock (Abigail Breslin) et Wichita (Emma Stone) sont en position, il ne reste plus qu’à trouver des zombies…

Cette suite peine donc à être aussi fun que son modèle, à pousser ses quelques bonnes idées (comme celles de réinvestir des lieux aussi emblématiques que la Maison Blanche ou Graceland abandonnés à l’apocalypse zombie) et à justifier le retour de sa bande de potes au-delà de leur plaisir des retrouvailles. Une séquence en particulier montre à quel point Retour à Zombieland tourne en rond : posés dans un motel, Columbus et Tallahassee tombent sur leurs doubles, ce que tout le monde remarque évidemment sauf eux. Le gag est rigolo une minute, mais s’éternise sur quinze, le film devenant soudain trop conscient de lui-même, incapable d’apporter du neuf à son univers limité. Les bonnes intentions de Retour à Zombieland ne suffisent donc pas à re-viser dans le mille, et cette fois (spoiler), même Bill Murray, qu’on préférerait encore revoir dans The Dead Don’t Die, ne peut pas sauver le film…

BASTIEN MARIE

Autre film de Ruben Fleischer sur le Super Marie Blog : Venom (2018)


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s