Jessica Forever

5414029Ofni français (2019) de Caroline Poggi et Jonathan Vinel, avec Aomi Muyock, Paul Hamy, Sebastian Urzendowsky, Augustin Raguenet, Lukas Ionesco et Eddy Suiveng – 1h37

Dans une société futuriste où ils sont traqués sans relâche, une poignée d’orphelins trouve refuge en Jessica, une femme qui les traite avec amour et leur permet de se défendre…

Caroline Poggi et Jonathan Vinel se sont faits connaître avec leurs courts-métrages, notamment Tant qu’il nous reste des fusils à pompe (2014), Ours d’or à Berlin, et After School Knife Fight (2017), glissé dans le film Ultra Rêve entre un court de Bertrand Mandico (Les Garçons sauvages) et un autre de Yann Gonzalez (Un couteau dans le cœur). Il n’en fallait pas plus au producteur Emmanuel Chaumet pour leur proposer un premier long-métrage. Poggi et Vinel ont donc ressorti un script sur lequel ils travaillaient depuis quelques années, ont offert le rôle principal à Aomi Muyock (Love) et ont tourné Jessica Forever entre Toulouse (fief de Vinel) et la Corse (fief de Poggi) pour plusieurs semaines de tournage. Après un montage qui a permis d’opter pour différentes pistes sur ses nombreux personnages, Jessica Forever a pu ensuite être invité à Berlin (la boucle est bouclée) et distribué par Le Pacte qui n’a pas eu froid aux yeux et a sorti cet étrange film le même jour que le beaucoup moins étrange et beaucoup plus bankable Nous finirons ensemble.

Quand on lui a demandé de qui viendrait un renouveau du cinéma de genre en France, Bertrand Mandico a répondu qu’il viendrait de jeunes réalisateurs qui n’auraient pas peur du ridicule. Sa prophétie commence à se réaliser avec Caroline Poggi et Jonathan Vinel. Non pas que Jessica Forever soit un film ridicule – encore qu’il en laissera beaucoup sur le carreau qui n’en penseront pas moins – mais le duo de réalisateurs semble surtout avoir déversé dans leur premier long des tas d’images et d’obsessions sans trop se soucier de les lier dans une narration verrouillée. Le résultat est très étrange, d’une facture numérique un peu fauchée, et a au moins le mérite de ne ressembler à rien de connu. Mais le spectateur devra surtout faire le tri entre toutes ces idées orphelines, ces plans esseulés et ces esquisses fulgurantes. Les réalisateurs eux-mêmes pourraient être amenés à y repiocher plus tard…

0236151
Jessica (Aomi Muyock) et ses protégés prêts à en découdre… mais avec qui ?

Les plus grandes victimes de cette irrationalité sont les personnages. Les orphelins ont a priori un passé monstrueux mais qui reste évasif, ce qui n’aide pas à leur trouver de la profondeur. Walkyrie guerrière et protectrice, Jessica n’est pas aussi présente qu’on l’aurait voulu dans un film qui porte pourtant son nom, et son ambivalence est un peu laissée en plan. L’interprétation des acteurs, forcée à une neutralité agaçante, ne convainc pas toujours non plus (au moins, les réalisateurs soignent les plans et séquences de groupe). Tous ces gens sont au passage armés jusqu’aux dents mais on ne sait pas bien de qui ou quoi ils se protègent au juste, et Poggi et Vinel mettent en scène les armes aussi innocemment que des gosses. L’étrangeté la plus frappante de Jessica Forever est de voir ses lieux déserts, des cités pavillonnaires, des centres commerciaux et des lycées bizarrement vidés de ses occupants. Une déshumanisation complète de la société, pas si dystopique que ça, que critiquent les deux jeunes réalisateurs. Consciemment ? Je n’en sais rien (d’autant qu’on pourrait aisément retourner le reproche sur leur esthétique), mais ils sortent en tous cas un magma d’images issues de toutes sortes d’influences (ciné indé, jeux vidéos, publicités) qui ne demande qu’à être canalisé… sur un prochain long-métrage ?

BASTIEN MARIE


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s