Stan & Ollie

mv5bngnkytjinwutmzzlni00ymzlltg3ztctzty2mwvkntq5mtqyxkeyxkfqcgdeqxvymjm4ntm5ndy40._v1_sy1000_cr006741000_al_Biopic britannique, canadien, américain (2018) de Jon S. Baird, avec Steve Coogan, John C. Reilly, Shirley Henderson, Nina Arianda, Rufus Jones et Danny Huston – 1h38

En 1953, longtemps après leur âge d’or au cinéma, Laurel et Hardy se réunissent pour une tournée théâtrale en Angleterre dont les bénéfices devraient financer leur prochain film sur Robin des Bois…

L’idée d’un biopic sur Laurel et Hardy a germé dans l’esprit de Jeff Pope, coscénariste de Philomena (2013) avec déjà Steve Coogan, quand il a revu Laurel & Hardy au Far West (1937). Cherchant un angle original à l’histoire du duo comique le plus célèbre des débuts du cinéma, il a découvert le livre d’A.J. Marriot, Laurel & Hardy – The British Tours, racontant le tournée des petits théâtre britanniques par les deux acteurs après leur carrière cinématographique. Avec le réalisateur Jon S. Baird (Ordure ! avec James McAvoy), ils voient aussitôt dans les rôles principaux Steve Coogan et John C. Reilly, tous deux intimidés par les icônes qu’ils doivent interpréter mais acceptant néanmoins de se laisser grimer par les maquilleurs oscarisés de The Grand Budapest Hotel et La Dame de fer. Titré Stan & Ollie pour insister sur l’intimité derrière la légende, le biopic s’est frayé un petit chemin jusqu’à nos salles, aidé par quelques nominations aux BAFTA.

Stan & Ollie s’ouvre sur un beau plan-séquence : partant des chapeaux emblématiques du duo, on découvre ce dernier dans sa loge, dos au spectateur mais face à nous à la faveur des miroirs, adroite façon d’approcher l’intimité des icônes. Puis ils avancent dans le studio, négocient avec leur producteur (prémices de leur dissociation) et tournent une séquence de Laurel & Hardy au Far West, point de départ du biopic. Banc titre, puis on retrouve les deux acteurs des années plus tard à l’entrée d’un modeste hôtel britannique. Une ellipse qui sera comblée par quelques brefs flashbacks mais qui montre bien aussi la problématique de Stan & Ollie : le film voudrait nous montrer une camaraderie retrouvée mais en laissant dans l’ombre ce qui l’aurait fait perdre. Redoutant de couper le lien entre deux acteurs indissociables, à la vie comme à l’écran, le film de Jon S. Baird peine d’autant plus à trouver l’essence et la force de ce lien, a fortiori dans le cadre d’un biopic propret à l’écriture classique et à la mise en scène anonyme.

Unit stills photography
Stan Laurel (Steve Coogan) et Ollie Hardy (John C. Reilly) dans le premier beau et astucieux plan du film ; après, ça se gâte…

Il faut dire que le scénariste et le réalisateur ne se sont pas donnés une tâche facile à vouloir saisir une alchimie par définition éminemment complexe. Sans doute aurait-il fallu commencer par en trouver une comparable entre les deux acteurs du film. Steve Coogan et John C. Reilly sont tous deux d’excellents acteurs, mais leur complicité à l’écran ne saute pas aux yeux (un comble pour Reilly qui a par ailleurs été le Hardy de bien d’autres acteurs dans sa carrière). Impeccables dans leurs scènes en solo, ils ne sont pas plus magiques en duo et ils sont surtout handicapés par des maquillages too much et des scènes au mélo forcé. Heureusement, leurs compagnes, semblant incarner une rivalité inconsciente entre les deux, renouvellent le film à leur arrivée. Coogan et Reilly se montrent en revanche rigoureux quand ils reproduisent les sketchs de leurs personnages, à l’écran, sur scène mais surtout à la ville : des gags font parfois irruption dans leur vie quotidienne sans que l’on sache vraiment si c’est conscient ou non de leur part. Ce surgissement de la comédie dans des moments anodins, faisant de Laurel et Hardy de véritables comiques nés, apporte toute la tendresse à ce Stan & Ollie autrement balisé. Mais sur le rapport terriblement indissociable d’un duo comique, on préférera, même s’il est fictif et beaucoup plus méchant, celui de Mort de rire, le chef-d’oeuvre d’Alex de la Iglesia.

BASTIEN MARIE


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s