Sale Temps à l’hôtel El Royale

mv5bnzrln2nhzjitnza1ni00ytdhltlhyzetowninjlintyzoduxxkeyxkfqcgdeqxvymjc1nda2oa-_v1_sy1000_cr006761000_al_Bad Times at the El Royale Thriller américain (2018) de Drew Goddard, avec Jeff Bridges, Cynthia Erivo, Dakota Johnson, Jon Hamm, Lewis Pullman, Cailee Spaeny et Chris Hemsworth – 2h22

Un soir de janvier 1969, sept étrangers, tous avec un lourd secret, se retrouvent par hasard au El Royale, un hôtel autrefois florissant à cheval entre la Californie et le Nevada…

Après son très bon premier film La Cabane dans les bois (2012), film d’horreur high concept questionnant notre attrait pour le genre sans omettre d’être généreux en hémoglobine, le scénariste Drew Goddard (ne pas oublier le troisième D, sans quoi on pourrait le prendre pour un vieux réalisateur suisse) passe de nouveau derrière la caméra pour Sale Temps à l’hôtel El Royale, un thriller se déroulant dans les années 60 avec une bande de malfrats réunis par hasard devant survivre à la nuit. Ça vous fait penser aux Huit Salopards ? C’est bien possible sauf que Goddard aura, lui, bien protégé son scénario ; il paraîtrait même que la plupart des collaborateurs impliqués n’en avaient qu’une version éphémère, disparaissant après lecture ! Ça n’a pas empêché Goddard de réunir un beau casting, dans lequel Chris Hemsworth rempile, dans l’enceinte du El Royale, un hôtel fictif mais fortement inspiré d’un vrai, le Cal Neva Resort & Casino ayant appartenu à Frank Sinatra.

Comme je le disais, Sale Temps à l’hôtel El Royale pourrait se faire passer pour du Tarantino, pas seulement parce que Goddard prend le temps de l’auteur des Huit Salopards pour bien présenter ses salopards à lui, mais aussi et surtout parce que le film partage un même amour du pulp que l’auteur de Pulp Fiction. Ce récit criminel batifolant avec la grande histoire pourrait être né de la plume d’un Elmore Leonard ou d’un James Ellroy (mais j’ai bien vérifié : Goddard a signé un scénario original) et s’épanouit dans un décorum 60’s du plus bel effet, méticuleusement mis en scène. Et pourtant, dès la séquence d’ouverture – un malfrat planque son magot sous le plancher d’une des chambres du motel, filmée en plan fixe comme une scène de théâtre – on se doute que quelque chose cloche, sonne faux, rend parano, surtout quand on sait que Goddard avait consacré son précédent effort à déconstruire tout un genre cinématographique. Et si ce qui se jouait dans les murs de l’El Royale serait une certaine idée de l’Amérique ?

mv5bzgrlowq2ztqtmgq3zs00mjcxlwe5nzmtzwi4mtvmztlizti4xkeyxkfqcgdeqxvyntc5otmwotq-_v1_sy1000_cr0015001000_al_
Jon Hamm approuve le titre du film : sale temps à l’El Royale, c’est clair comme de l’eau de roche.

Mais chut, je ne peux évidemment pas vous en dire plus sans risquer de gâcher la découverte de ce film recommandable. Car Sale Temps à l’hôtel El Royale est un film bien joué (easy quand on a Jeff Bridges dans le rôle principal), bien filmé (avec une bonne vieille pellicule des familles) et bien écrit, épaississant savamment le mystère et le suspens. Mais – car il y a un mais – vers la fin, on se rappelle que Goddard a fait ses armes chez J.J. Abrams. A savoir qu’il est très fort pour rendre un concept alléchant… mais maladroit quand il faut bien dénouer les fils du récit. Non pas que le dénouement soit décevant, mais il se sent obligé de rendre le film bavard et statique pour être sûr de se faire comprendre, là où ce qui avait précédé était une petite merveille de montage et de scénographie. Au moins, sur La Cabane dans les bois, Goddard pouvait se permettre de tout faire péter dans un réjouissante orgie sanglante ; là, il se dépêtre moins bien de sa jolie ambition de portrait du désenchantement ricain des 60’s, pas éloigné d’un climat plus actuel…

BASTIEN MARIE


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s