Le Grand Bain

2636278Comédie française (2018) de Gilles Lellouche, avec Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde, Jean-Hugues Anglade, Virginie Efira, Leïla Bekhti, Marina Foïs, Philippe Katerine, Félix Moati, Alban Ivanov et Balasingham Thamilchelvan – 1h58

Chômeur dépressif depuis deux ans, Bertrand s’inscrit dans une équipe de natation synchronisée masculine, dont les autres membres sont aussi paumés que lui. Ensemble, ils vont relever le défi de participer aux prochains championnats du monde de la discipline en Norvège…

Peu de gens le savent mais, à l’instar de son pote Guillaume Canet, Gilles Lellouche se destinait en premier lieu à une carrière de réalisateur. Ainsi, il a commencé par multiplier les pubs et les clips avant de se retrouver plus souvent devant que derrière la caméra, dans le rôle du copain Gillou, sidekick de Canet, de Dujardin ou de Cluzet. Du coup, jusqu’à maintenant, il ne comptait que deux réalisations au compteur et encore, partagées avec un second larron : la comédie Narco (2003), coréalisée avec Tristan Aurouet, et un sketch des Infidèles (2012), cosigné avec Dujardin. Pour ce Grand Bain, c’est tout seul que Gillou se jette à l’eau, les grands acteurs francophones (et un indien) venant se bousculer au casting.

Le film est inspiré par une lassitude que Lellouche a ressenti chez les gens de sa génération, et par un reportage d’Arte sur la première équipe suédoise de natation synchronisée masculine, glissé par le producteur Hugo Selignac. Bien que la même histoire ait inspiré une comédie anglaise sortie cet été (Regarde les hommes nager d’Oliver Parker), c’est à un autre film british, The Full Monty, que Le Grand Bain fait inévitablement penser, avec sa bande de losers tentant de trouver un sens à leur vie via une activité inattendue. Une bande de losers qui a tout de même foulé les marches de Cannes où le film a été favorablement accueilli par une critique en quête de fraîcheur et de légèreté.

EIN BECKEN VOLLER MÄNNER
Petite pause sauna pour Katerine et ses gars.

 

Ma foi, je ne vais pas nager à contre-courant du bon accueil critique et public (il a fait près d’1,5 million d’entrées sur sa première semaine) du Grand Bain auquel l’étiquette de feel good movie va très bien. Difficile de résister à sa bande de paumés, aussi peu gracieux que virils, et à leur curieuse passion pour la natation synchronisée. Il faut dire qu’avec un casting pareil, Gilles Lellouche partait déjà vainqueur : faire naître un esprit d’union avec des acteurs d’horizons si différents, sans qu’aucun ne tire la couverture à lui, est déjà un exploit en soi, surtout quand on a Philippe Katerine dans l’équipe, lui qui la chantait si bien il y a peu pour le club de foot des Herbiers. Discrètement se glisse dans notre esprit l’idée que le public du Grand Bain peut aussi bien compter des fans de Desplechin que des Petits Mouchoirs, et que chacun y trouve son compte, Lellouche ayant assemblé une famille de cinoche français d’habitude plus divisée et complexée.

A une époque où on entend beaucoup parler de « capital sympathie », Le Grand Bain s’en est fait un stock plein, alors que le film de Gilles Lellouche n’est pas non plus exempt de quelques défauts. Le film est un peu long et, même en reconnaissant quelques élégants plans et effets de montage parcimonieux, il est plus écrit que mis en scène. La structure du film, entre scènes d’humiliations individuelles et de réconfort collectif à la piscine, se pose aussi de manière un peu systématique. Heureusement, les acteurs sont assez bons pour épaissir leurs personnages, mais Lellouche tient tellement à leur background que la natation synchronisée finit par boire la tasse. Quant au final que je m’efforcerai de ne pas dévoiler, il a beau de quoi largement plaire lui aussi, il est tout de même un peu paradoxal avec ce que notre bande de nageurs du dimanche voulait représenter. Bref, si Gillou nous convainc à nous baigner, il faut bien dire que l’eau est un peu froide…

BASTIEN MARIE


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s