Mayhem – Légitime Vengeance

2417054Mayhem Film d’horreur américain (2017) de Joe Lynch, avec Steven Yeun, Samara Weaving, Steven Brand, Caroline Chikezie, Kerry Fox et Dallas Roberts – 1h26

Le jeune avocat Derek Cho se fait virer de son cabinet pour une bourde dont on l’accuse à tort. Mais au même moment, l’immeuble est mis en quarantaine à cause d’un virus ayant affecté tous les employés et provocant l’assouvissement de toutes pulsions. S’alliant avec une cliente éconduite plus tôt dans la journée, Derek va donc profiter du chaos ambiant pour remonter les étages de la tour et régler ses comptes avec ses patrons…

Joe Lynch est réalisateur de films d’horreur depuis une dizaine d’années. Mais comme Détour mortel 2 ne suffit pas à payer les factures, son auteur a pris un job d’employé de bureau pour mettre du beurre dans les épinards entre deux tournages. Aussi, quand il tombe sur le scénario de Mayhem – Légitime Vengeance, il ne loupe pas cette occasion de dynamiter la bureaucratie. Il part donc avec son équipe tourner le film en Serbie, pour profiter d’un petit mois de tournage que l’Amérique du Nord ne pouvait offrir, emmenant avec lui Steven Yeun (The Walking Dead) et Samara Weaving (nièce d’Hugo, vue dans The Babysitter) pour tenir les rôles principaux. Ensuite, Mayhem fait le tour des festivals de films fantastiques où son énergie charme le public.

Il est effectivement assez simple de se laisser entraîner par le rythme frénétique de Mayhem. Pas seulement grâce au virus qui y fait rage, poussant ses infectés à se livrer à une violence déchaînée, mais surtout grâce au parcours que le héros va devoir effectuer pour atteindre les patrons qui l’ont roulé. Il ne dispose que du temps imparti par la quarantaine pour ce faire, huit heures après lesquelles les symptômes du virus vont se dissiper, ce qui le rendrait légalement responsable de ses actes. Et en prime, pour gravir les étages de la tour, il devra se procurer des pass auprès de membres de plus en plus haut placés dans la hiérarchie. Vous voyez déjà venir la structure très inspirée par le jeu vidéo, genre beat them all décérébré, d’autant plus que Joe Lynch a la main lourde en bastons sauvages et sanglantes en piochant ses armes dans une boîte à outils.

mv5bzmy0owzimzatnwq3ny00otgxlwezndatowniztq3zja5odqyxkeyxkfqcgdeqxvynjewntm2mzc-_v1_sy1000_cr0013991000_al_
Derek (Steven Yeun) et Melanie (Samara Weaving) ne vont pas se contenter de refaire la déco des bureaux.

Malheureusement, le joyeux bordel de Mayhem est sérieusement contrebalancé par un cynisme sarcastique bien trop prononcé, provocant une irritation supérieure à l’enthousiasme. Comme s’il était lui-même contaminé par le virus de son film, Joe Lynch tire à boulets un peu trop rouges sur les rouages bureaucratiques et le capitalisme galopant, fonçant tête baissée vers une vulgarité assez navrante et une inconséquence qui pulvérise la sympathie qu’on aurait pu avoir pour son duo de protagonistes. En totale roue libre, Steven Yeun et Samara Weaving frappent et flinguent à tout va, en toute impunité, avec de bruyants éclats de rire et en se donnant un air bad ass des plus artificiels. Las, le spectateur renonce à trouver de la valeur à leur vendetta ou à espérer une rédemption, regrettant d’être guidé à travers le chaos par des personnages dessinés avec d’aussi gros traits que leurs antagonistes. Personne ne sort donc gagnant de la charge de Mayhem, trop puérile et hystérique pour atteindre le centre de ses cibles.

BASTIEN MARIE


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s