Hostiles

5152324Western américain (2017) de Scott Cooper, avec Christian Bale, Rosamund Pike, Wes Studi, Rory Cochrane, Jesse Plemons, Adam Beach, Jonathan Majors, Timothée Chalamet, Paul Anderson, Peter Mullan, Bill Camp, Stephen Lang et Ben Foster – 2h14

En 1892, le capitaine Joseph Blocker accepte à contrecœur d’escorter le chef cheyenne Yellow Hawk, atteint d’un cancer, jusqu’à sa terre natale du Montana…

Scott Cooper aime beaucoup le western mais a attendu d’engranger de l’expérience avant de s’y atteler. C’est pourquoi Hostiles est son quatrième film, après trois autres (Crazy Heart avec Jeff Bridges, Les Brasiers de la colère déjà avec Christian Bale et Strictly Criminal avec Johnny Depp) qui avaient le don de paraître cool a priori mais se révélaient ne pas l’être tant que ça tout compte fait. Peut-être qu’avec son amour du genre et son casting maousse, Hostiles allait conjurer cette petite malédiction de Cooper. Manque de bol, c’est encore du même niveau moyen de sa carrière, son western se laissant regarder mais sans rien proposer de vraiment mémorable.

Hostiles s’ouvre sur une citation de D.H. Lawrence disant en gros que les américains sont de nature violente ; une mince et évidente thèse que Scott Cooper va nous exposer dans les 2h15 à venir. Puis la séquence d’ouverture nous montre avec quelle certaine lourdeur il va le faire : le massacre de la famille de Rosamund Pike par une tribu comanche mixe violence sanglante et solennité forcée, un mélange étouffant dont le film ne va jamais se sortir. Au moins, la déférence de Cooper pour le genre est sincère, ça ne fait aucun doute et ça l’empêche de prendre le spectateur de haut. Mais ça le paralyse aussi dans un film un brin naïf, très premier degré et monocorde, dont le périple n’offre aucune respiration, aucune légèreté. Les rapports entre le capitaine et le chef cheyenne qu’il est obligé d’escorter fait d’Hostiles un film forcément rédempteur, s’excusant du génocide indien, mais même la réconciliation attendue entre les deux protagonistes offre peu d’apaisement (contrairement, par exemple, à une scène grandiose de Josey Wales hors-la-loi). Plutôt que de raviver le western, Cooper lui tisse un épais linceul, sanctifié par la longueur des plans et la photographie, belle mais systématiquement crépusculaire, de Masanobu Takayanagi. Dans le genre western avec Christian Bale et Ben Foster, je lui préfère 3h10 pour Yuma (2007) de James Mangold, plus désinvolte avec le genre mais aussi plus vif et amusant.

0110256
Le capitaine Joseph Blocker (Christian Bale) et ses hommes se tiennent au chevet du western.

Ce n’est donc pas avec Hostiles que le chant du cygne d’Impitoyable, entonné il y a déjà 25 ans, sera révoqué. Le western devient si rare qu’on aimerait se contenter du film de Cooper, mais force est d’admettre qu’il réserve assez peu de surprise, jusque dans ses personnages qui, bien que campés par de très bons acteurs, peinent à aller au-delà de leur fonction. J’adore Wes Studi, c’est même sa présence qui m’a le plus convaincu de tenter ce voyage en terres hostiles, mais je l’ai trouvé cantonné au rôle du gentil indien mourant servant essentiellement de mcguffin. J’adore la folie de Ben Foster, brillante dans Comancheria (un vrai bon western moderne, celui-là), mais elle ne sert qu’à appuyer le côté obscur du héros. J’adore Rory Cochrane mais on le reconnaît à peine derrière sa barbe bouffante de vieux soldat fatigué. J’aime beaucoup le couple star Christian Bale/Rosamund Pike, mais ils ne résistent pas à quelques séquences de sur-jeu laissé à la considération des votants aux récompenses annuelles. J’aime beaucoup jouer aux cow-boys et aux indiens, mais pas avec ce sérieux papal.

BASTIEN MARIE


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s