Explorers

mv5bndy0mjjhmmytnzlkyy00mjqwlwe2y2utmjg1mji2zjhhmdril2ltywdlxkeyxkfqcgdeqxvymtqxnzmzndi-_v1_sy1000_sx654_al_Film de science-fiction américain (1985) de Joe Dante, avec Ethan Hawke, River Phoenix, Jason Presson, Amanda Peterson, James Cromwell, Dick Miller et Robert Picardo – 1h49

Fan de science-fiction des années 50, le jeune Ben Crandall fait un rêve récurrent dans lequel il survole des circuits électroniques. Avec ses copains, l’inventeur Wolfgang et le mécano Darren, ils fabriquent ce dont il rêve et se retrouvent avec un vaisseau spatial. Mais celui-ci est hacké par des extraterrestres…

Tourné juste après l’énorme succès des Gremlins et comptant nombre de caractéristiques du cinéma familial 80’s qui fascinent tant les créateurs de Stranger Things aujourd’hui, Explorers n’est pas le film le plus connu de Joe Dante alors qu’il est l’un de ses plus personnels. Coproduit par Paramount et Industrial Light & Magic, Explorers n’a pas marché en salles (seulement la moitié de son budget sera remboursé par l’exploitation américaine) et ne sera pas sauvé par la vidéo et le culte comme L’Aventure intérieure plus tard. Le film marque pourtant la première apparition au cinéma d’Ethan Hawke et River Phoenix dans le rôle de gosses ne faisant rien de moins que bricoler leur propre vaisseau spatial ! Mais à la fin de la production, Paramount a soudainement avancé la date de sortie et il s’en est fallu de peu pour qu’Explorers soit projeté au public dans sa copie de travail ! En tous cas, ça expliquerait les quelques effets spéciaux vieillissants d’ILM, faute de temps pour les perfectionner.

Difficile de savoir à quel point la décision de Paramount a affecté le travail de Joe Dante, mais c’est sûr qu’Explorers est le film le plus inégal de son auteur dans sa fastueuse période 80’s. Notamment sur le début du film durant lequel l’action tarde à se mettre en place, Dante se montrant moins inspiré qu’à son habitude pour raconter le quotidien de ses jeunes héros. Néanmoins, on sent tout de suite pourquoi le réalisateur de Gremlins s’est passionné pour ce projet. Déjà, les héros sont de purs geeks, se passionnant pour la même culture que celle de Dante (il ne faut que quelques minutes pour voir un extrait de La Guerre des mondes). Et forcément, le réalisateur en profite pour multiplier les références et easter eggs un peu partout et retrouver ses rêves d’enfance, comme le très touchant second rôle tenu par Dick Miller, admirant le boulot des gosses. Une fois le vaisseau en marche, Explorers compte enfin quelques séquences d’anthologie, notamment une formidable virée au drive-in préfigurant les jeux entre réalité et fiction de Panic sur Florida Beach. Mais c’est surtout dans son final, à la rencontre des extraterrestres, qu’Explorers touche un point sensible et essentiel de l’oeuvre de Dante.

MSDEXPL EC006
Darren (Jason Presson), Wolfgang (River Phoenix) et Ben (Ethan Hawke) en plein bricolage de leur bolide de l’espace.

Déjà, les extraterrestres sont l’oeuvre de Rob Bottin et donc, bien qu’assez bizarroïdes pour un film familial, ils sont de toute beauté, malgré le calvaire qu’a subi Robert Picardo sous l’imposant maquillage. Mais surtout, l’idée géniale d’Explorers est que ses aliens, apprenant tout des humains à travers leurs programmes télévisés, ne s’expriment que par répliques de films, de cartoons, de talk shows et de publicités. Par conséquent, cette rencontre du troisième type devient douce-amère comme le joue très justement Ethan Hawke, partagé entre l’émerveillement et la déception. D’une part, on y découvre que la pop culture est encore plus universelle qu’on le pensait et Joe Dante, dont le cinéma s’exprime beaucoup à travers l’hommage à celui des autres, trouve en Wak son équivalent extraterrestre. Mais d’autre part, la découverte retourne à ce que l’on connaît déjà et la communication est assez limitée dans ce cadre strictement référentiel (d’autant plus que les réactions des humains dans les vieux films de science-fiction ne donnent pas trop envie aux extraterrestres de venir visiter notre planète). Au-delà de ça, les enfants d’Explorers ont au moins trouvé une amitié intergalactique qui ne les fera plus se sentir seuls sur le plancher des vaches et, même s’il anticipe aussi les vagues de remakes à venir par une pop culture de studio se mordant la queue, Dante nous aura rarement autant parlé de lui qu’avec Explorers, de ses rêves de jeune geek à ses doutes de cinéaste adulte.

BASTIEN MARIE

Autres films de Joe Dante sur le Super Marie Blog : Cheeseburger Film Sandwich (1987), The ‘Burbs (1988).


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s