Le 15h17 pour Paris

mv5bmty0njuznjywov5bml5banbnxkftztgwmzy1mdm0ndm-_v1_sy1000_cr006741000_al_The 15:17 to Paris Thriller américain (2018) de Clint Eastwood, avec Spencer Stone, Anthony Sadler, Alek Skarlatos, Judy Greer et Jenna Fisher – 1h34

Pendant un tour d’Europe, trois américains sont confrontés à une attaque terroriste dans un train pour Paris…

Après les très bons mais très décriés American Sniper et SullyLe 15h17 pour Paris vient achever une trilogie de l’héroïsme américain par Clint Eastwood. Pour son 36ème film, Clint s’est emparé de l’histoire de l’attaque terroriste stoppée à bord du Thalys Amsterdam-Paris un peu moins de deux ans après les événements et alors que l’enquête est encore en cours. Tiré d’une histoire vraie, le film va jusqu’à mettre en scène les trois vrais héros dans leur propre rôle, mais ça reste vite dit puisqu’on n’entend pas parler du français qui les a aidés mais en déclinant la Légion d’honneur, ni même de Jean-Hugues Anglade ! Clint a tourné ça très vite et, si je peux encore défendre ses deux précédents opus, je ne peux rien faire pour sauver Le 15h17 pour Paris

Apparemment, Warner Bros s’est senti tout aussi impuissant en interdisant toutes projections de presse du film. On pouvait penser que c’était par crainte de polémiques – depuis des années, certains attendent que les positions républicaines de Clint se reflètent distinctement dans ses films – mais on sait maintenant que c’est à cause du résultat calamiteux. Car idéologiquement, Le 15h17 pour Paris est certes douteux (le film semble dire par exemple que la seule réponse efficace à l’islamisme est de lui opposer un autre fanatisme religieux) mais ce n’est pas encore ce qui heurte le plus. De la même durée très courte que Sully, tournant autour d’un bref acte héroïque, Le 15h17 pour Paris voudrait saluer le courage des protagonistes avec la même modestie, le même récit ramassé. Sauf que cette fois le récit, justement, n’est jamais construit. Des flashs intermittents de l’attaque échouent à nourrir un suspens illusoire puisqu’on connaît déjà la fin, tandis qu’aucune séquence est constitutive d’une suivante. Eastwood profite de cette inconséquence narrative pour ne rien appuyer. Religion, militarisme, américanisme : rien n’est traité pour pouvoir ensuite prétexter que c’est comme ça que ça s’est passé puis c’est tout. Quant aux vrais héros reprenant leur rôle, il est évident que ce ne sont pas des acteurs, surtout un Spencer Stone très bovin, achevant de rabaisser Le 15h17 pour Paris à la limite de ce qu’on appelle un film.

DSC03754.DNG
Alek Skarlatos et Anthony Sadler à quelques minutes de devenir des héros ; c’est pas trop tôt parce qu’ils commençaient à se faire chier…

Car c’est là pour moi le vrai problème du 15h17 pour Paris : avant de savoir si c’est un film facho, déjà savoir si c’est un film ! Car Eastwood est si épris de réalisme qu’il aboutit à une effarante esthétique télévisuelle, commençant comme un téléfilm d’après-midi sur M6, continuant comme une téléréalité NRJ12 « les chtis visitent l’Europe », pour finir en un inévitable reportage BFM TV, le temps d’un épilogue mêlant archive et fiction de manière catastrophique (au moins, Patrick Braoudé est crédité dans le rôle de François Hollande). Bref, la nullité du 15h17 pour Paris est presque inconcevable, d’une fadeur qu’on ne pardonnerait pas à un réalisateur lambda. On finirait par se demander si le Clint de Mystic River, le Tom Stern de Million Dollar Baby, le Joel Cox de Mémoires de nos pères (remplacé par Blu Murray), le Kyle Eastwood de Lettres d’Iwo Jima (remplacé par Christian Jacob qui singe mollement la musique des maestros père et fils) ont jamais existé. Une diarrhée insupportable donc, mais on peut encore espérer que Clint a le don du phénix…

BASTIEN MARIE


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s