Le Procès Paradine

mv5bogexngmxowmtmzfiys00zjjilwe2zjmtndawnwe5zjfindzhxkeyxkfqcgdeqxvymdi2ndg0nq-_v1_sy1000_cr007451000_al_The Paradine Case Film judiciaire américain (1947) d’Alfred Hitchcock, avec Gregory Peck, Ann Todd, Alida Valli, Louis Jourdan, Charles Laughton, Ethel Barrymore, Charles Coburn et Leo G. Carroll – 2h05

L’éminent avocat londonien Anthony Kean tombe amoureux de sa cliente, Anna Paradine, accusée de l’empoisonnement de son mari…

Le Procès Paradine est la dernière collaboration entre Alfred Hitchcock et le producteur David O. Selznick, et l’interventionnisme de ce dernier y est sans doute pour quelque chose. Déjà que le sujet n’intéressait que très modérément le réalisateur, mais il a dû tourner un scénario considérablement réécrit par Selznick. Le casting était aussi imposé par le producteur, remplaçant Laurence Olivier par Gregory Peck dans le rôle principal, et engageant des acteurs tout juste signés comme Louis Jourdan et Alida Valli. Hitchcock tourne donc ce film de procès à contre-cœur, aboutissant à un premier montage de 2h30. Naturellement raccourci d’innombrables fois par Selznick. En témoigne la nomination d’Ethel Barrymore aux Oscars : l’Académie a vu un montage intermédiaire, alors que celui sorti en salles faisait presque disparaître l’actrice ! Amer et étouffé, Hitchcock a donc laissé tomber le producteur pour tourner son film suivant, La Corde, qu’on aurait pourtant bien du mal à remonter dans son dos…

Le Procès Paradine est donc le film pas top de Hitchcock, l’ombre portée par Selznick sur sa filmographie de maître, même si le film a gagné d’ardents défenseurs depuis une ressortie en salles dans les années 70. Les prises non-utilisées ayant disparues, nous n’aurons jamais de director’s cut du Procès Paradine et nous devrons nous contenter d’un pionnier du film judiciaire certes influent mais inférieur aux excellences habituelles de Hitchcock. La première partie du film, avant le procès, est assez laborieuse. Il y reste tout de même une charge assez vitriolée de la haute société anglaise dont Hitchcock a été exclu. Le réalisateur aurait volontiers sauvé la première séquence, montrant l’irrésistible chute sociale de Paradine, s’excusant auprès de son personnel d’être arrêtée par la police. Il y a aussi l’interprétation remarquable de Charles Laughton en juge envieux et impitoyable. Le reste n’est pas très passionnant, étiré en plans plus longs qu’à l’habitude de Hitchcock (s’accommodait-il au plan séquence de La Corde ?), porté par des acteurs pas mauvais (Peck est beaucoup plus à l’aise que dans La Maison du docteur Edwardes) mais auxquels le réalisateur, pourtant pas le dernier à désirer ses acteurs, peine à s’attacher.

blu-ray_le_proces_paradine_01
Anthony Keane (Gregory Peck) et sa cliente Anna Paradine (Alida Valli), avec le sourire du benêt qui croit en son innocence…

Heureusement, Le Procès Paradine gagne en ampleur lorsque commence le procès justement. Dans son impressionnant décor de tribunal anglais, Hitchcock ne cède pas à la rigidité qu’on pourrait attendre du genre et multiplie les plans très mobiles (celui de Paradine sentant l’arrivée de son amant à la barre est sublime, et comme par hasard celui dont le cinéaste était le plus satisfait) et les cuts violents pour exprimer la vivacité des débats et surtout l’énergie avec laquelle Keane renie la vérité. S’il rechignait un peu à exposer l’affaire, Hitchcock soigne donc son paroxysme et sans qu’on s’en rende compte, le procès dévore la moitié du métrage en filant à toute vitesse. A défaut d’avoir marqué la carrière de son auteur, Le Procès Paradine aura donc marqué un genre, le film judiciaire, sur lequel Peck prendra sa revanche avec Du silence et des ombres. Et un Hitchcock mineur mérite toujours le coup d’œil pour les quelques virtuosités qui auront échappé aux ciseaux de Selznick…

BASTIEN MARIE


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s