The Monster

mv5boti2mjy3mdkzov5bml5banbnxkftztgwodq4ntq0mdi-_v1_sy1000_cr007041000_al_Film d’horreur américain (2015) de Bryan Bertino, avec Zoe Kazan et Ella Balentine – 1h25

Après un accident sur une route en pleine forêt, une mère et sa fille sont tourmentées par une créature sans pitié…

Après un premier film, The Strangers (2008), qui avait secoué le petit monde de l’horreur, Bryan Bertino n’avait pas tout à fait transformé l’essai avec Mockingbird (2014), un found footage choral tourné pour le compte de Jason Blum. Une expérience que le réalisateur ne regrette pas pour autant, car elle l’a libéré du fardeau du « second film » et qu’elle lui a permis de revenir à un projet plus personnel et épuré. Ce projet, c’est The Monster, dont la jaquette ne fait guère de mystère : une mère et sa fille, une route, une forêt et un monstre. Que les hostilités commencent !

Étonnamment, Bryan Bertino ne se lance pas tout de suite dans son schéma de série B old school, préférant prendre le temps de présenter son duo de personnages. En quelques plans bien travaillés, le réalisateur pose très bien la relation bien pourrie qu’entretiennent la mère et sa fille. Si bien, même, qu’on regrette ensuite que des flash backs  plus ou moins inspirés viennent entrecouper l’action, alourdissant le rapport des personnages avec des scénettes faisant parfois dans la surenchère (par exemple avec le concours de fuck you). Heureusement, le talent des deux actrices font passer la pilule. Remplaçant Elisabeth Moss appelée ailleurs, Zoe Kazan est touchante dans sa lutte entre alcoolisme et maternité. La jeune Ella Balentine est tout aussi douée à garder une attitude enfantine alors que tout la pousse à devenir très vite adulte. A l’écran, l’alchimie entre elles est évidente, le physique juvénile de Kazan aidant aussi Balentine à paraître plus mûre que son âge.

themonster0
Kathy (Zoe Kazan) confrontée à une tête de bite…

Malgré les belles interprétations de ses actrices, il faut bien avouer que la dimension horrifique de The Monster tarde à arriver. Heureusement, Bryan Bertino ne la bazarde pas. Il sort des ténèbres des bois une créature en latex de toute beauté, designée par le taulier Alec Gillis, et dont la tête de bite avec des dents fait songer à Alien. En soignant les apparitions de la bête et à condition de se débarrasser de ces intermèdes du passé, The Monster devient alors très prenant et, il faut bien le dire sans vous révéler le cours des événements, assez émouvant. L’attente devant quelques séquences dispensables aura donc été récompensée, car Bertino réussit globalement son coup.

BASTIEN MARIE


Une réflexion sur “The Monster

  1. J’ai vraiment été surpris par ce film. Je ne suis pas réellement fan des films d’horreur, surtout du style ou il y à l’hémoglobine a tout vat. J’ai aimé ce film par le suspens semi présent tout au long de l’histoire. D’un monstre très bien réussi. Certaines scènes montrant le rapport désastreux entre mère et fille auraient dû être supprimées, car dès le début du film tout était déjà très clair à ce sujet. Malgré cela, je trouve que c’est un film excellent, deux actrices admirables.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s