Seven Sisters

mv5bywu0yzjlyjktytc2ys00ymflltlhnzitodqzmmvimwexodjlxkeyxkfqcgdeqxvyndkzntm2odg-_v1_sy1000_sx750_al_What Happened to Monday Film de science-fiction britanico-belgo-franco-américain (2017) de Tommy Wirkola, avec Noomi Rapace, Glenn Close, Marwan Kenzari, Christian Rubeck et Willem Dafoe – 2h03

En 2073, sur une Terre surpeuplée, le gouvernement a appliqué depuis trente ans une politique d’enfant unique. Pile au moment où Terrence Settman a eu sept petites filles, chacune nommée par un jour de la semaine durant lequel elles ont le droit de sortir chacune leur tour sous l’identité unique de Karen Settman. Un système bien rôdé, jusqu’à ce qu’un lundi soir, Lundi ne rentre pas à la maison…

Le réalisateur norvégien Tommy Wirkola avait touché le gros lot avec Dead Snow (2009) : zombies + nazis = buzz easy pour se faire un nom. Forcément, il s’est vite retrouvé sur une production plus cossue et un peu débile avec Hansel & Gretel : Witch Hunters (2013) avec Jeremy Renner et Gemma Arterton. Le succès n’avait pas été au rendez-vous. Heureusement, une suite de Dead Snow plus tard, Wirkola se retrouve à la tête de Seven Sisters, film de SF high concept blacklisté et donc réputé à Hollywood (Morten Imitation Game Tyldum fut un temps attaché au projet). Grosse coproduction dont le tournage s’est étalé sur plus de 90 jours (il fallait bien ça pour que Noomi Rapace endosse ses sept rôles), Seven Sisters a atterri sur Netflix aux States et en salles chez nous, le producteur et distributeur français SND espérant nous convaincre d’aller voir un dernier blockbuster cet été.

Surprise, le résultat est plutôt pas mal et, en tant que coproduction française, Seven Sisters peut au moins faire la nique à Valérian. Bon, le film de Tommy Wirkola ne devrait pas marquer l’histoire de la SF non plus. La com’ du film nous promet qu’on ne devinera jamais la fin, alors que Seven Sisters n’est pas franchement un film à twist, et encore moins Soleil vert. En revanche, il est assez bien raconté pour maintenir l’intérêt du spectateur jusqu’au bout. Pour ce qui est de son contexte géopolitique du futur (futur tout relatif pour les chinois), le film n’a pas non plus l’étoffe des Fils de l’homme. Mais Glenn Close se montre très convaincante en Margaret Thatcher du futur et le film veut surtout exploiter à fond le trouble identitaire de ses sept sœurs se fondant tant bien que mal en une seule identité.

mv5bnje1mmjhywqtotflnc00zwzilwexytutowizzgfmywfjodkxxkeyxkfqcgdeqxvymzy0mte3nzu-_v1_sx1777_cr001777744_al_
Noomi Rapace, Noomi Rapace et Noomi Rapace cherchent désespérément Noomi Rapace.

Seven Sisters ne monte donc jamais trop haut la barre de son ambition et se satisfait très bien de son étude de personnages assez ingénieuse. Et très bien servie par Noomi Rapace au charme si atypique que sept persos suffisent à peine à en faire le contour. L’actrice de Millenium est non seulement talentueuse mais aussi téméraire pour enchaîner sans ciller les généreuses scènes d’action d’un film assez gratiné. Car Seven Sisters apporte son lot de violence bienvenue en épargnant personne. C’est bien là que Tommy Wirkola tire son épingle du jeu : celui qu’on a pris pour un sous Timur Bekmambetov s’étant fait un nom sur un buzz facile a la lucidité de préférer à l’analyse limitée de la société orwellienne du film une barbarie de gosse turbulent dans une science-fiction devenue globalement proprette. La preuve, j’aurais aimé que le Rupert Sanders de Ghost in the Shell en fasse autant. Nettement plus franc-tireur que la concurrence, Seven Sisters n’est donc pas le film qui aura le moins mérité le prix du ticket de cinoche cette année.

BASTIEN MARIE


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s