Pirates des Caraïbes : la vengeance de Salazar

mv5bywuymmzkzdatogvlns00odm4lwe4ztqtytqwzddmngnhztblxkeyxkfqcgdeqxvyntc4mjczmtm-_v1_sy1000_cr006741000_al_Pirates of the Caribbean : Dead Men Tell No Tales Swashbuckler américain (2017) de Joachim Ronning et Espen Sandberg, avec Johnny Depp, Javier Bardem, Geoffrey Rush, Brendon Thwaites, Kaya Scodelario, Golshifteh Farahani, David Wenham et Stephen Graham – 2h09

Jack Sparrow doit faire face au terrible capitaine fantôme Salazar qui veut se venger de la défaite que lui a infligée le pirate autrefois. La seule chance de s’en sortir pour Sparrow est de mettre la main sur le trident de Poséidon qui briserait tous les sorts de l’océan…

Avant même qu’on se questionne sur l’intérêt de redonner suite à Pirates des Caraïbes après que toutes les autres aient essuyé de nombreuses critiques, Disney et Jerry Bruckheimer ont confié la réalisation de ce cinquième épisode, joliment sous-titré Dead Men Tell No Tales aux US (mais bizarrement, ce sera La Vengeance de Salazar pour le reste du monde), au duo norvégien Joachim Ronning et Espen Sandberg qui a commencé sa carrière en 2006 avec… Bandidas ! Bon, ils ont depuis lavé leur réputation avec le film d’aventures maritimes Kon-Tiki (2012), nommé à l’Oscar du meilleur film étranger. D’un swashbuckler à l’autre, Ronning et Sandberg tentent donc de rallumer la flamme de la trilogie boiteuse de Gore Verbinski, après la tentative peu mémorable de Rob Marshall.

Encore une fois, Jack Sparrow a manqué une occasion de laisser son sabre dans son fourreau, puisque Pirates des Caraïbes : la vengeance de Salazar est une nouvelle aventure bavarde et ennuyeuse à mourir. Une fois n’est pas coutume, ce cinquième volet s’embourbe immédiatement dans d’atroces marécages narratifs animés par des personnages secondaires dont on se tamponne royalement le coquillard. Ne sachant choisir entre le retour d’Orlando Bloom et Keira Knightley et l’arrivée de leur rejeton Brendon Thwaites et de sa girlfriend Kaya Scodelario, les réalisateurs les alignent tous dans le film, offrant un beau casting insipide. Au milieu de cette troupe d’acteurs ratés, Javier Bardem se contente d’un méchant de service acceptable et Johnny Depp s’emmerde, ne faisant rien pour reconquérir sa popularité perdue, ne s’amusant qu’en invitant son copain Paul McCartney parce que Keith Richards est en tournée.

mv5bmtg2nja1odyzn15bml5banbnxkftztgwnjiwnjmzmji-_v1_sx1777_cr001777744_al_
Jack Sparrow (Johnny Depp) regarde son Black Pearl dans la bouteille, déçu de ne pas l’avoir noyé dans le rhum.

Face à des acteurs si peu motivés, le spectateur ne peut plus que s’ennuyer à son tour, les réalisateurs Joachim Ronning et Espen Sandberg échouant lamentablement à donner un semblant de dynamisme à un film surdécoupé jusqu’à la nausée. Les effets spéciaux exhibés bêtement finissent de nous donner le mal de mer. On n’en attend que plus impatiemment que Sparrow et sa bande d’incapables mettent la main sur le trident hideux de Poséidon qui mettra fin au cauchemar numérique. C’est là la meilleure blague du film : tout le monde fonce tête baissée vers un artefact dont le pouvoir est d’annihiler toute la magie en cours sur l’océan et, partant, tout l’univers de Pirates des Caraïbes courant ainsi à sa propre perte – et ce n’est pas une quelconque séquence post-générique qui pourra réparer cette bourde. Poussant la paresse créative jusqu’au curseur de l’autodestruction, l’industrie hollywoodienne n’est plus seulement stupide – ce mois de mai en a été une pénible démonstration – mais carrément suicidaire ! Si ça permet de se débarrasser de Jack Sparrow une bonne fois pour toutes…

BASTIEN MARIE

Bonus : dans la séquence de la guillotine, les deux têtes coupées dans le panier sont des reproductions de celles des réalisateurs Joachim Ronning et Espen Sandberg, une bien belle façon d’anticiper la réaction des spectateurs…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s