Le Président

18429552Film politique français (1961) de Henri Verneuil, avec Jean Gabin, Bernard Blier, Renée Faure Alfred Adam 1h42

Alors qu’il vit retiré dans sa maison de campagne, l’ancien Président du Conseil Emile Beaufort dicte ses mémoires à sa secrétaire. Alors que Chalamont, son ancien chef de cabinet, est très en vue pour accéder à la charge suprême, Beaufort se remémore son mandat, sur fond de spéculations douteuses autour de la dévaluation et de fédération de l’Europe…

En adaptant pour la troisième fois Simenon, Verneuil réunit ici sa dreamteam, avec Audiard aux dialogues, Louis Page à l’image et le duo Gabin/Blier devant la caméra. Fort de tous ces talents, Le Président s’est imposé comme un véritable standard du cinéma français, s’attaquant pourtant à un sujet peu abordé. D’autant que si les films traitant du monde politique ne sont pas légion au pays des fromages, il se pose encore davantage comme une curiosité en présentant un chef d’état idéalisé. Tandis que les américains n’hésitent pas à traiter la politique de façon positive (avec brio dans le cas de Mr Smith au sénat) et même à faire de leur président une figure héroïque (Independence Day ou Air Force One pour citer deux exemples parmi les plus grotesques), le cinéma français a la critique plus systématique et se refuse à ennoblir ainsi ses dirigeants, même fictionnels. Ainsi, il paraît aujourd’hui impensable qu’une série telle que A la maison blanche soit produite en France. Si le personnage d’Emile Beaufort, notamment inspiré de Clemenceau, fait figure d’exception, il renvoie malgré tout à une époque où le paternalisme politique faisait encore écho dans la population et où les dirigeants suscitaient encore un quelconque respect. Sorti au début d’une décennie qui aboutira aux événements de mai 68, Le Président, avec son classicisme et son traitement politique à la papa, est évidemment devenu l’une des cibles privilégiées des francs tireurs de la Nouvelle Vague.

On ne peut que regretter que Le Président ait pu ainsi pâtir d’une telle image passéiste tant il apparaît aujourd’hui toujours autant d’actualité, du moins en ce qui concerne les sujets abordés : l’Europe, la spéculation et l’intrusion des puissances financières sur le terrain politique. Mettant tout son charisme et sa fougue au service de ce personnage bien familier, l’immense Gabin incarne le leader idéal, populaire et insoumis. D’une intégrité sans faille, il va jusqu’à dénoncer publiquement les conflits d’intérêts qui minent l’assemblée dans une scène jouissive qui dépasse (malheureusement) la réalité mais qu’il est toujours aussi bon de revoir aujourd’hui. Audiard, qui se définissait lui-même comme un anarchiste de droite, s’en donne à cœur joie dans cette joute verbale où il n’hésite pas à donner aux adversaires de Beaufort des répliques solides pour mieux imposer ses cinglantes réparties jusqu’à un plébiscite pour une Europe des peuples contre une Europe de la finance.

Certes, aujourd’hui, face à ce discours nombreux trouveront midi à leur porte mais il s’agirait de s’interroger sur la sincérité de ceux qui invoquent le sacro-saint pragmatisme face au vil populisme. Suite à ce coup d’éclat public, le film prend des allures plus intimiste, revenant au présent, alors que Beaufort n’est plus président et que Chalamont le traître vient lui rendre visite. L’affaire tourne alors au conte moral tandis que dans un ultime fait d’arme, confidentiel cette fois, Beaufort fait à nouveau montre de son intransigeance intellectuelle. Car au delà même de ses positionnements politiques, c’est bien cette dernière qui fait la grandeur de ce président, malheureusement fictionnel, mais qui restera certainement le plus populaire de la IVème république, n’en déplaise aux groupies de René Coty.

CLEMENT MARIE

Le Président copie


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s