Quai d’Orsay

21040497_20130917180148438.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxxComédie française (2013) de Bertrand Tavernier, avec Thierry Lhermitte, Raphaël Personnaz, Niels Arestrup, Anaïs Demoustier – 2h08

A peine sorti de l’ENA, Arthur Vlaminck rejoint le Quai d’Orsay où il est chargé des langages d’Alexandre Taillard de Worms, ministre des affaires étrangères ivre de ses propres mots et dont l’esprit bouillonnant le rend pour le moins difficile à suivre !

A l’origine, il y avait la BD Quai d’Orsay, Chroniques diplomatiques, co-écrite avec le dessinateur Christophe Blain et dans laquelle Antonin Baudry revenait sur sa propre expérience au sein du cabinet ministériel de Dominique de Villepin, dressant du bellâtre du gouvernement Raffarin un portrait haut en couleur. Les deux compères s’associent avec Bertrand Tavernier pour en écrire l’adaptation cinématographique. Le résultat s’avère donc très fidèle à l’oeuvre originale et heureusement, puisque c’est bien l’humour de la BD, dont les gags sont repris tels quel, qui fait tout le sel de Quai d’Orsay. Exit néanmoins les références à Star Wars ou au Seigneur des Anneaux, Tavernier n’étant pas vraiment branché culture populaire… Aussi, on aurait aimé qu’un autre réalisateur (au hasard… Klapisch ?) propose quelque chose de plus frais et de plus inventif mais bon, ça avait tellement l’air de faire tellement plaisir au vieux briscard qui trouve ici le moyen de s’illustrer dans la comédie. Rattrapant souvent par le montage son découpage un peu banal, la mise en scène de Tavernier se marie finalement très bien avec son sujet et son esthétique administrative, entre vieux palais et bureaux gris. La présence du cinéaste lyonnais à la tête de l’entreprise garantit également une direction d’acteur de qualité.

PHO984492c2-19f7-11e3-998f-b2f7956939d8-805x453 (1)
« Y a une crise au Lousdemistan qui risque de tourner à la guerre mondiale, comment voulez-vous que j’affronte le département d’Etat américain avec un stabilo pourri ?! »

Tandis que le rôle de Vlaminck est confié au jeune premier Raphaël Personnaz et celui du directeur de cabinet Maupas au vieux routard Arestrup (qui sera à nouveau césarisé à l’occasion), c’est Thierry Lhermitte qui interprète le pittoresque ministre. L’acteur, à qui l’âge, la crinière argentée et le grotesque donnent de faux airs de Lloyd Bridges, trouve ici le rôle parfait pour cabotiner sans réserve tout en conférant à un personnage largement insupportable quelques éclairs de sympathies. A l’image de la BD, le film Quai d’Orsay n’a rien du pamphlet virulent mais croque, avec une ironie sage qui fait néanmoins mouche, le quotidien d’un ministère en surlignant (au Stabilo !) le chaos et l’absurdité qui y règnent. Croulant sous un protocole aussi pachydermique que daté, tre fière équipe, du chef de cabinet totalement lessivé par la fonction à l’arriviste en talons (Julie Gayet) en passant par le conseiller grivois qui fredonne du Colette Renard (Thierry Frémont), bricole entre un agenda impitoyable et la gymnastique intellectuelle de leur ministre. Bien trop occupé à développer ses concepts fumeusement piochés chez Héraclite, à motiver ses troupes tel un vieux prof relou ou à se plaindre des désagréments de la fonction, ce dernier est bien entendu incapable de leur donner la moindre ligne politique claire.

Alors qu’il se termine sur le fameux discours de l’ONU (repris au mot) qui vaudra à de Villepin une standing ovation, Quai d’Orsay nous révèle des coulisses de son administration beaucoup moins glorieux. Bien qu’inoffensif, le film montre l’écart entre l’action et la parole, surtout quand celle-ci reflète une pensée aussi brouillonne. Faut dire que notre ministre a bien des allures de « nouveau philosophe ». Le contrepoint populaire, présenté via le personnage incarné par la radieuse Anaïs Demoustier, s’avère également plutôt complaisant. Quai d’Orsay prouve donc qu’un film sur la politique n’est pas nécessairement un film politique, ce qui en revanche n’empêche pas de bien se marre!

CLEMENT MARIE

Quai


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s